Né en 1977 à Barcelone (Espagne), vit et travaille à Rio de Janeiro (Brésil).

« Confondre l’intérieur et l’extérieur de l’exposition est l’un des premiers devoirs de l’art : l’espace institutionnel ne peut plus être un espace d’accumulation d’artefacts, isolé et protégé de l’extérieur, mais un lieu où notre rapport aux objets et à la réalité est reconfiguré », tel est l’un des enjeux de l’artiste espagnol Daniel Steegman Mangrané. Au sein d’un imposant vivarium, il joue de la tropicalité et du vivant dans un espace sculptural, par ailleurs, strictement moderniste inspiré d'Alvar Aalto. À l’intérieur du vivarium, des phasmes – des insectes caméléons − interrogent la notion du mouvement et de sa perception. De même, les arabesques inspirées du vase Savoy conçu en 1936 par le designer et architecte finlandais Alvar Aalto et sa femme Aino, évoque également une surface en mouvement, dont l’ondulation est représentée par un objet industriel statique. La transparence des parois de son œuvre, tout comme le camouflage des phasmes dans leur environnement végétal, n’offrent pas de butée au regard du spectateur. Celui-ci navigue du vivant à l’inerte, produisant ainsi le mouvement qu’il cherche à déceler.

Générique

Avec le soutien de la galerie Mendes Wood DM, São Paulo,
de Lafayette Anticipations
et de Acción Cultural Española, AC/E, Madrid

Dans le même événement

Né en 1986 au Blanc Mesnil (France), vit et travaille à Montreuil (France).

Née en 1984 en Pologne, vit et travaille à Paris (France).

Né en 1967 à Mexico (Mexique), vit et travaille à Berlin (Allemagne) et à Mexico (Mexique).