Dates passées

  • Collection de la Praye

    Région

    • Du
      au

    Horaires d'ouverture

    Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi Fermé Samedi, Dimanche 15h - 20h

Tarifs

Entrée libre

« Coucher sur le papier l’innommable. Donner corps à l’insoutenable. L’art de Najah Alboukai fait front. Et la confrontation laisse sans voix. La moindre parole, le plus bref commentaire reste en travers de la gorge. Que dire sans impudeur ?» Jérôme Godeau

L’œuvre est évidemment en dehors des normes. Cruautés et inhumanités, Najah les a subies à Damas comme tant d’autres de ses compatriotes. Enfermé et torturé à plusieurs reprises entre 2012 et 2015 au centre 227 des services de renseignements syriens, il assiste aux pires des horreurs. Il arrive à s’échapper et à rejoindre le Liban, puis la France en 2017. Il s’emploie aujourd’hui à témoigner de l’enfer carcéral comme l’on fait avant lui Goya ou Music.
Né en 1970 à Homs en Syrie, Najah Albukai étudie successivement aux Beaux-Arts de Damas, puis aux Beaux-Arts de Rouen. Il retourne vivre en Syrie où il enseigne le dessin et se consacre à ses créations. Jusqu’en juillet 2022, il a été pensionnaire à la Casa Velasquez de Madrid où, toujours fidèle au dessin et à la gravure dont il est maître, et à son histoire, il poursuit son œuvre avec un nouveau souffle artistique. Un parcours de vie.
Un livre sur son œuvre est en préparation et plusieurs événements seront organisés à Lyon en octobre pour le rencontrer et le faire connaitre. En parallèle, seront présentées à Fareins des œuvres méditatives de l’artiste Gérard Breuil.

Public

Tout public

En région

Fareins

background

Autour du projet

  • Prisons syriennes au quotidien 2
  • Prisons syriennes au quotidien 3
  • Prisons syriennes au quotidien  4
  • Prisons syriennes au quotidien 5
  • Prisons syriennes au quotidien 6
  • Prisons syriennes au quotidien 7
  • Prisons syriennes au quotidien 8
  • Prisons syriennes au quotidien 9
  • Prisons syriennes au quotidien