Né en 1939 à Saint-Sébastien (Espagne), vit et travaille à Madrid (Espagne).

« Dans mon travail, la peinture est la photographie et la photographie est la peinture » : figure essentielle de l’art espagnol des années 1960, Darío Villalba s’est tourné très tôt vers une pratique picturale de la photographie. Ses expérimentations l’ont amené à travailler avec des matériaux chimiques inhabituels (méthacrylate, peinture bitumineuse), afin de faire apparaître le résultat de ses collages directement sur son support. Indigents, malades, vieillards, enfants et gigolos sont autant de figures destinées à envahir les représentations publiques de corps humains pourtant ordinaires en raison de leur proximité physique. Plus que la limite photographique de la mort que Roland Barthes considérait comme inhérente au médium, le pathos de ses personnages entraîne l’agitation de moments de transition, du changement, de l’incapacité de retenir son propre corps et celui des autres dans le balancement sans fin de la vie, du désir et du regard humain.

Générique

Avec le soutien de Acción Cultural Española, AC/E, Madrid
et de la galerie Luis Adelantado, Valencia
Courtesy by JLRoca, Courtesy by Luis Adelantado

Dans le même événement

Né en 1972 à New York (États-Unis), vit et travaille à Berlin (Allemagne).

Né en 1940 à Florence (Italie), décédé en 1971.

Née en 1972 à Saragosse (Espagne), vit et travaille à Rotterdam (Pays-Bas).