Biographie

Né à Athènes en 1964, Dimitris Papaioannou a reçu une reconnaissance précoce en tant qu’artiste peintre et dessinateur de bandes dessinées. Il se tourne ensuite vers les arts de la scène en tant que metteur en scène, chorégraphe, interprète et concepteur de décors, de costumes et d’éclairage. Formé aux beaux-arts, il appréhende la création par l’image et le dessin.

Le premier cycle artistique de son travail scénique s’est fondé autour du groupe Edafos Dance Theatre avec lequel il a travaillé pendant 17 ans jusqu’en 2002.

Medea (1993), présenté à la Biennale de la danse en 1998, a marqué la transition de la compagnie vers les grands théâtres et est considérée comme son oeuvre emblématique. La compagnie Edafos a laissé son empreinte indélébile sur la scène artistique en Grèce. C’est en créant l’ouverture de la cérémonie des Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 que Dimitris Papaioannou acquiert une renommée internationale. Depuis 1986, son travail personnel est une recherche hybride en danse expérimentale, un mélange de théâtre physique, d’art du mouvement et de performances avec lesquels il questionne la création, l’identité et l’héritage de notre mémoire culturelle occidentale.

En 2012, dépouillant son travail du superflu, il crée Primal Matter pour le festival d’Athènes qui signe son retour sur scène après dix ans d’absence. Dans cette même recherche de simplicité, il crée en 2014, Still Life, premier spectacle à tourner en Europe, Amérique latine, Asie et en Australie. En 2015, il crée le spectacle d’ouverture des premiers jeux européens à Baku. En 2017, il crée The Great Tamer, spectacle présenté au Festival d’Avignon, et reçoit le Europe Theatre Prize à Rome. Dimitris Papaioannou est devenu le premier artiste à créer une pièce complète pour le Tanztheater Wuppertal Pina Bausch ; Since She en mai 2018. Dimitris à créé INK en 2020 pendant le confinement ; un duo de 50 minutes avec Dimitris Papaioannou et Šuka Horn, commandé et coproduit par Torinodanza et le Reggio Emilia Aperto Festival.