Lieu

Né en 1968 à Innsbruck (Autriche), vit et travaille à Vienne (Autriche)

Dans la mythologie grecque, le Titan Prométhée a volé le feu pour le transmettre aux humains. En représailles, les dieux le condamnent à avoir le foie dévoré chaque jour par l’aigle du Caucase, chaque nuit le faisant renaître. Ce tourment éternel a inspiré à l’artiste, chercheur et écrivain Thomas Feuerstein l’oeuvre Prometheus Delivered [Prométhée délivré]. L’ambitieuse installation qu’il réactive et adapte pour la Biennale est le récit matérialisé, entre science-fiction et mythologie, utopie et dystopie, d’une lente disparition. Une sculpture de marbre, représentant Prométhée enchaîné, est lentement décomposée par des bactéries mangeuses de pierre. En parallèle, des cellules hépatiques humaines sont nourries des mêmes bactéries afin de cultiver un foie artificiel pour Prométhée. Fermentées et distillées, elles produisent une boisson alcoolisée. Une histoire de sciencefiction, diffusée par voie radiophonique, évoque également le possible devenir anthropophage de l’humanité.
Sur une proposition de Jens Hauser, théoricien de l’art

À découvrir aussi

Usines Fagor

Usines Fagor

Usines Fagor

Usines Fagor

Usines Fagor

Usines Fagor