Introduction

Nous avons attendu cette 19e édition de la Biennale de la danse de Lyon tout autant que nous attendions le retour à la vie culturelle. Depuis mars 2020, le monde de la culture a été ébranlé. Il a connu des temps de reprise temporaire, et de longues périodes d’arrêt. Dans ces circonstances exceptionnelles, nombreux furent les témoignages de la volonté des acteurs culturels pour partager les fruits de l’art et de la création à travers le numérique, lorsque cela était possible. Pour tous, ce fut une période difficile, dans laquelle l’État a eu le souci de les soutenir et de les accompagner. Cette Biennale symbolise la reprise progressive des activités culturelles et les retrouvailles entre les artistes et les publics. La Biennale de la danse est un rendez-vous incontournable, célèbre dans le monde entier. Par la richesse de sa programmation, elle participe au rayonnement international de Lyon. Par sa plateforme internationale Focus danse, elle contribue à l’émergence de nouveaux artistes. Par son Défilé, elle met à l’honneur la scène africaine. Ancrée dans les territoires, ouverte au monde et à la diversité des cultures, cette nouvelle édition de la Biennale de la danse est aussi à l’image de la politique de la Ministre de la Culture, Roselyne Bachelot- Narquin. Je salue tout particulièrement l’engagement des équipes de la Biennale, qui sont restées mobilisées pour l’organiser dans une période marquée par l’incertitude, ainsi que celui des artistes, qui ont continué à répéter, imaginer, créer les spectacles. Grâce à eux, nous pouvons retrouver, avec cette Biennale, la beauté de la danse et le sens d’une culture vivante.

Pascal Mailhos

Préfet de la Région Auvergne-Rhône-Alpes